naar top
Menu
Logo Print

Les déplacements sur chantiers toujours plus compliqués

Les clients en ville et en zones sujettes aux ralentissements sont souvent refusés
magazine

Alors que la vitesse moyenne d'une camionnette (de chantier) était de 67 km/h en 2007, elle est aujourd'hui tombée à 51 km/h. Ce n'est là qu'un des constats négatifs que Bouwunie a mis en lumière dans son enquête sur la mobilité et les déplacements de ses membres. Par exemple, 89 % des entreprises de construction interrogées se plaignent des embouteillages. Elles essaient de les éviter en se rendant sur chantier avant les embouteillages. 4 sur 10 refusent même d'accepter des clients dans les régions sensibles aux ralentissements ou prennent un autre itinéraire.
Une part importante d'entrepreneurs (32 %) évitent de travailler en zone urbaine, aujourd'hui beaucoup trop encombrée par rapport à avant. Trouver une place de parking n'est pas une sinécure, et les places sont aussi très chères. En même temps, les entreprises de construction ne reçoivent généralement pas d'indemnité de stationnement spéciale et sont donc exposées en permanence au risque d'amendes de stationnement. Cependant, il est essentiel pour une entreprise de construction de pouvoir se garer à proximité - par exemple pour le chargement et le déchargement. Bouwunie préconise donc une politique de stationnement plus souple pour les entrepreneurs et les entrepreneurs.
Près des trois quarts des entrepreneurs interrogés ont vu leurs frais de déplacement augmenter au cours des cinq dernières années. Ceci est principalement dû à l'augmentation du coût du carburant et à la perte de temps due aux embouteillages. Une grande partie (60%) des frais de déplacement est répercutée sur le client. Ce coût comprend également l'indemnisation des frais de déplacement.

BOUWUNIE

BOUWUNIE

+3225881100
+3222530745