naar top
Menu
Logo Print
07/01/2019 - ELISE NOYEZ

L'ACTIVATION DU NOYAU DE BÉTON CONSTITUE UN DÉFI EXCEPTIONNEL EN MATIÈRE D'ACOUSTIQUE

school, nagalm, akoestiek, systeemplafond
Une solution classique pour l'acoustique, le plafond suspendu, n'est généralement pas adapté aux projets avec activation du noyau de béton (photo Knauf)

PROBLÈMES ET SOLUTIONS

Les espaces et les bâtiments où l'on utilise l'activation du noyau de béton, constituent un défi exceptionnel en matière d'acoustique. Aussi bien la géométrie de ces espaces, généralement avec des hauts plafonds, que les matériaux ont un impact négatif sur le temps de réverbération. En outre, les solutions acoustiques classiques telles que les plafonds ne conviennent généralement pas ici. Dans les espaces avec activation du noyau du béton, il est crucial que l'air puisse circuler jusqu'aux plafonds en béton. Mais quelles sont les alternatives?

DÉFIS

Afin de prévoir et de décrire le confort acoustique dans un espace, on utilise différents paramètres. Le paramètre principal pour l'évaluation du confort acoustique dans les environnements tels que les bureaux et les bâtiments d'école est le temps de réverbération - la géométrie et l'utilisation du matériau étant les facteurs d'influence les plus importants.

Les deux peuvent causer des problèmes lors de l'utilisation de l'activation du noyau de béton. Par exemple, de nombreuses pièces où l'on utilise l'activation du noyau de béton ont une géométrie difficile: elles ont des plafonds hauts ou ce sont de grandes pièces, souvent allongées, sans aucune subdivision digne de mention. La finition, ou plutôt l'absence de finition, ne fait que la rendre plus difficile. Car l'ajout de matériaux absorbant les sons - la solution classique - n'est généralement pas souhaitable dans l'activation du noyau de béton. Dans ces espaces, l'air doit pouvoir circuler librement jusqu'aux plafonds en béton. Les systèmes de plafond sont donc proscrits ici, ce qui oblige à chercher des solutions alternatives.

SOLUTIONS

akoestiek, nagalm, baffles
Les baffles existent aujourd'hui en différents modèles (photo DOX acoustics)

Plafonds

Le plafond, qui est la plus grande surface libre dans la pièce, constitue le facteur le plus déterminant pour les performances acoustiques dans cet espace. Avec l'activation du noyau de béton, le plafond ne peut pas être couvert ou bloqué avec d'autres matériaux, mais cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de solutions. Il existe sur le marché des systèmes de plafonds qui permettent le transfert d'énergie thermique, et en plus des îlots acoustiques et des plafondsde système, de nombreux fabricants produisent également des baffles. Ce sont des panneaux qui, tout comme les îlots classiques, sont réalisés en laine minérale ou en mousse de mélamine, mais qui sont suspendus verticalement, si bien qu'ils peuvent laisser entièrement circuler l'air jusqu'au plafond. Le facteur d'absorption d'une telle solution est en grande partie déterminé par la quantité de baffles, mais leur hauteur joue aussi un rôle. Plus les baffles sont hauts, plus les performances au niveau des basses fréquences sont bonnes.

Pour répondre aux exigences esthétiques, souvent strictes, des architectes et des clients, la plupart des solutions acoustiques peuvent être personnalisées. Pour ce faire, il est possible de conférer aux baffles différentes couleurs, formes ou variantes design. Pour garantir une grande longévité, on cherche de plus en plus des matériaux faciles à laver et à entretenir, et pour gagner de la place, il existe aujourd'hui des produits combinant absorption et éclairage.

Murs

Lorsqu'une solution de plafond acoustique n'est pas souhaitable, ou comme ajout aux baffles, on peut se focaliser sur les murs. En fonction de la composition du mur (profond ou peu profond), on peut réaliser des coefficients d'absorption entre 0,65 et 0,9 avec des cloisons acoustiques. Celles-ci se composent d'une couche de matériau absorbant - laine minérale ou mousse de mélamine - et d'une couche de finition décorative. Pour cette dernière, on peut à nouveau choisir des plaques métalliques perforées, des plaques en laine de bois ou des cloisons tendues. Ici aussi, les absorbeurs Helmholtz en bois offrent une bonne solution esthétique.

Lorsqu'on choisit une solution murale, il faut tenir compte de deux aspects. D'une part, la couche de finition doit être poreuse pour pouvoir réaliser l'absorption nécessaire; d'autre part, elle doit être solide et facile d'entretien. Les plaques en bois et les panneaux en laine de bois en particulier résistent bien aux dégâts mécaniques.

akoestiek, nagalm
Au centre de services De Leiespiegel à Deinze, on a revêtu les murs et les portes d'armoire du noyau central avec des panneaux acoustiques. Dans les bureaux paysagers, on a ajouté de la moquette (photo Print Acoustics by Triplaco)

Mobilier

En ce qui concerne le mobilier, on distingue d'une part les armoires et les murs d'armoires, et d'autre part les chaises, les tables, ... L'impact de ces dernières est limité, car il s'agit de surfaces beaucoup plus petites que celles des murs, des sols et des plafonds. Toutefois, il est recommandé d'opter pour un revêtement en tissu.

En revanche, les armoires et les murs d'armoires peuvent apporter une importante contribution à l'absorption sonore. En tout cas, lorsqu'elles occupent suffisamment de surface murale. Des façades d'armoire en bois perforé et/ou un revêtement absorbant au dos de l'armoire assurent en tout cas de meilleures performances.