naar top
Menu
Logo Print
17/09/2019 - CLUSTER INDUSTRIALISATION DE LA CONSTRUCTION

TRAVAIL LEAN = GAIN SUR BIEN DES PLANS

Comment éviter le gaspillage dans le secteur de la construction?

Quiconque veut travailler de façon efficace et plus intelligente, a tout intérêt à recourir aux principes LEAN. Postuler une valeur client, éliminer les gaspillages, améliorer les processus en continu et une grande implication des salariés sont les aspects centraux de cette philosophie de gestion. LEAN regorge aussi d’avantages pour le monde de la construction!

lean-principes bouwsector

Appliqués pour la première fois par le constructeur automobile Toyota, les principes LEAN sont plutôt la règle que l’exception dans de nombreux secteurs aujourd’hui. Dans le monde de la construction également, même si nous devons admettre que la Belgique n’y joue pas d’emblée un rôle de pionnier. En effet, le doute quant à la possibilité de traduire absolument une méthode d’usine vers le secteur de la construction règne dans nos contrées. Néanmoins, les pionniers qui y croient, rencontrent entre-temps de jolis succès. “Ce n’est pas étrange”, raconte Tim Vissers, conseiller principal senior du département Gestion et Qualité du CSTC. “Le secteur de la construction est, en effet, le secteur par excellence où l’on peut s’attaquer aux gaspillages. Avec comme conséquence, fort logiquement, un progrès processuel des entreprises. Associez ceci au bénéfice qui résulte des efforts incessants vers l’amélioration, et vous réalisez vite que travailler LEAN est indispensable pour maintenir et même renforcer votre position de marché dans les prochaines années.”

LE GASPILLAGE COMME GRAND POINT NÉVRALGIQUE

Le gaspillage se manifeste dans le secteur de la construction dans bien des domaines. C’est ainsi que de nombreux acteurs ne se rendent pas encore compte que les grands stocks coûtent énormément d’argent et ont une influence négative sur le cash flow. Tim Vissers: “Le résultat est un gaspillage d’argent, d’espace et aussi de temps par un excédent d’étapes de transport. Dans bien des cas, il est bel et bien possible de livrer des matériaux en flux tendu. Nous constatons aussi trop de mouvements dans les ateliers et les chantiers. Chaque jour, les travailleurs parcourent aisément jusqu’à dix kilomètres, et ceci souvent parce que les matériaux et les outils ne se trouvent pas à la bonne place. De plus, les ouvriers doivent fréquemment se baisser ou soulever, des mouvements qui peuvent dans bien des cas être évités par quelques interventions simples. L’attente est un quatrième point névralgique. Les raisons pour lesquelles les travaux ne peuvent pas être poursuivis, sont nombreuses: le temps, le retard de nombreux autres entrepreneurs, la livraison tardive des matériaux ou grues, les autorisations ou attestations manquantes, …”

lean verspilling bouwen
Les gaspillages les plus courants.

ET BIEN PLUS ENCORE …

Peut-être n’associez-vous pas d’emblée la surproduction au secteur de la construction. Toutefois, cette forme de gaspillage est manifestement présente. Nous parlons ici d’une production ou d’une livraison plus importante que ce que le client souhaite à ce moment-là. Dans le pire des cas, il s’agit de travaux exécutés sans l’autorisation du maître de l’ouvrage ou de l’entrepreneur principal. Des travaux réalisés trop tôt dans le planning font également partie de cette catégorie. Dans les deux cas, le progrès des travaux (le ‘flow’) est entravé. De plus, ils peuvent entraîner le recommencement des travaux, ce qui résulte souvent dans un allongement du temps de passage. Le gaspillage dont toutes les parties sont bel et bien conscientes, concerne les défauts et erreurs. Les produits ou travaux qui ne répondent pas aux spécifications du client, doivent être à nouveaux livrés ou exécutés. Tim Vissers: “Nul besoin de démontrer que ceci a un gros impact sur l’emploi du temps, le planning et la marge bénéficiaire de l’entrepreneur. Les erreurs se cachent parfois dans un recoin. Oublier par exemple d’ajouter un document important à un courriel fait aussi partie de cette catégorie de gaspillage! Pour terminer, il existe encore les étapes de processus supplémentaires qui découlent souvent du gaspillage précédent, mais peuvent aussi se produire sur bien d’autres plans. Songez aux offres qui comptent quinze pages, aux réunions inutiles, aux factures encore envoyées par la poste, à un excès d’emballages, aux contrôles qui n’ont en fait aucune utilité, … Il est évident que les organisations qui prennent constamment des mesures pour combattre tous ces gaspillages, peuvent enregistrer des gains considérables. En termes de temps, de main-d’œuvre, de qualité, de matériaux et d’instruments de travail. Et naturellement sur le plan financier!”

"Les erreurs se cachent parfois dans un recoin."

DEUX OUTILS POUR DES GAINS RAPIDES

lean bouwen schaduwbord
Avec les panneaux ombragés, vous pouvez immédiatement voir quand un outil a disparu.

Vous devenez donc LEAN en visant constamment l’amélioration. A cet effet, vous avez un éventail de possibilités, dont quelques outils et méthodes étalonnés qui ont prouvé leur utilité entre-temps dans de nombreux secteurs. “Le LEAN-planning et le 5S sont surtout populaires dans la construction, parce qu’ils procurent clairement des gains rapides identifiables”, raconte Tim Vissers. “Le premier est un plan par étapes pour élaborer ensemble le planning avec toutes les parties impliquées. On réfléchit à la meilleure approche et au meilleur planning, ceci en concertation avec toutes les parties qui exécutent effectivement le travail. En combinaison avec un meeting quotidien d’un petit quart d’heure – le dénommé ‘daily stand’ – pour le suivi et l’ajustement du planning, ceci procure une forte diminution du besoin de délais tampons. Le résultat est que le temps de passage d’un projet peut aisément être réduit de 20 à 30%, ce qui a des conséquences positives pour chaque partie. L’entrepreneur et ses sous-traitants sont payés plus vite et peuvent engager leur main-d’œuvre dans d’autres projets, tandis que le maître de l’ouvrage voit son investissement plus vite rentable. Le 5S est une technique pour créer un atelier propre en cinq étapes. Il s’agit d’enlever tout ce dont vous n’avez pas besoin. Ce qui reste, vous donne un emplacement aisément accessible. Et votre atelier est toujours propre et vous allez standardiser et systématiser toutes ces interventions. La visualisation joue un rôle plus important dans le 5S. Avec des panneaux, vous voyez d’emblée quand un outil a disparu. Et des marquages d’itinéraire vous montrent par exemple où les déchets doivent se trouver ou quel chemin vous devez suivre.”

L’EXPERTISE DES COLLABORATEURS EST CENTRALE

L’application des outils et méthodes LEAN n’est toutefois pas une garantie de succès. “Celui qui ne met pas de mandat ou de moyens à la disposition de son personnel pour améliorer constamment l’organisation et les processus, n’ira pas loin”, explique Tim Vissers. “Les entreprises qui s’agrippent de façon tenace à la hiérarchie, ne pourront jamais travailler LEAN. En fait, le plus grand gaspillage dans le secteur de la construction est celui des talents. La créativité du personnel et son potentiel à émettre des idées d’amélioration sont encore trop peu exploités. Demandez aux personnes qui se trouvent sur le chantier, ce qui ne se déroule pas bien, ce qui peut être amélioré, quelles solutions ils entrevoient, … De cette manière, l’amélioration continue est la préoccupation quotidienne de chacun!

BARRIÈRES SUPPLÉMENTAIRES QUI ENTRAVENT LE LEAN

lean optimalisatie efficiënt werken
Les cinq étapes de 5S.

Cela peut sembler être une bonne chose, mais pourtant, l’application du LEAN dans la construction n’est pas une sinécure. “Ceci est lié à quelques caractéristiques spécifiques du secteur”, confie Tim Vissers. “Des caractéristiques qui poussent le gaspillage à son paroxysme. Commençons par l’énorme diversité des demandes des clients, avec comme conséquence que chaque architecte fait de son mieux pour concevoir à chaque fois un immeuble totalement différent. Une plus grande répétabilité dans certains composants de bâtiment combattrait le gaspillage et profiterait à l’efficacité du secteur. Le second problème est l’absence de standards sectoriels pour réaliser des devis et des cahiers de charges. Pour un même article, il existe aujourd’hui différents codes, selon le système de classification adopté. Pour terminer, des équipes de construction sont encore trop souvent composées de façon ponctuelle. Ce serait déjà une sérieuse étape vers le LEAN si les entrepreneurs principaux formaient une équipe fixe avec les mêmes sous-traitants. La pluri-disponibilité du personnel est du reste également LEAN. La clé du succès est que chaque collaborateur doit pouvoir exécuter différentes tâches et que chaque tâche doit pouvoir être exécutée par différents membres du personnel. Last but not least: ne surchargez pas le personnel. Planifiez seulement 80% de votre capacité, même s’il est possible que vous n’utiliserez pas ces 20% de tampon. Ceci est peut-être contraire aux efforts visant à éviter le gaspillage, mais c’est la seule manière de réagir efficacement aux problèmes imprévus et d’éviter de menacer le planning. Des études montrent que le temps de passage en est fortement influencé, même si cela ne concerne que de petites perturbations. Si celles-ci se produisent avec un taux de charge élevé, c’est en effet le début de la fin. Hélas, vous ne pouvez jamais totalement exclure ce genre de surprises sur un chantier, il vaut donc mieux être préparé.”

Un exemple de LEAN

Une belle méthode LEAN pour le monde de la construction est l’application du ‘one piece flow’. Ceci signifie que vous cherchez le plus petit élément livrable (‘one piece’) de l’ouvrage total, comme un seul appartement ou un seul étage au sein d’un complexe. Ensuite, vous laissez les activités successives se dérouler sans interruption (‘flow’) jusqu’à ce que cet élément soit achevé. Tim Vissers: “De cette manière, vous minimisez la complexité et la capacité d’apprentissage augmente. Dès que le premier appartement ou autre élément choisi est achevé, vous savez en effet où se situent les points névralgiques. Si vous les abordez avec efficacité dans l’appartement deux, vous pouvez, façon de parler, copier cette routine pour le reste, sans rencontrer de problèmes. Cette méthode de travail aide du reste à éviter aussi le gaspillage. D’une part, vous pouvez optimiser le stock et le transport. D’autre part, vous pouvez minimiser les mouvements et les temps d’attente des partenaires de la construction, ainsi que le risque de défauts, de surproduction et de ‘re-work’ . Naturellement, cette méthode de travail ne pourra pas toujours compter sur autant d’enthousiasme de la part des sous-traitants. Parfois, elle est même en contradiction avec les principes du LEAN. En effet, cela ne paraît pas si LEAN de laisser un camion rouler vers un chantier pour couler la chape d’un seul appartement. Il s’agit de se réunir autour de la même table et de convenir du ‘rythme’ avec lequel chaque partie progresse: par exemple couler la chape dans tout un étage, tandis que l’électricité est achevée par appartement. A chaque fois en visant le même but: un travail plus efficace, des temps de passage plus courts, un rendement plus élevé et une plus grande satisfaction du client.”