naar top
Menu
Logo Print

CONSTRUCTION DES TOITS VERTS

Un toit vert est plus qu'un toit ordinaire avec quelques plantes dessus. Chaque type de toit vert a une structure différente, c'est-à-dire qu'il se compose de différents types de couches. Quelles compositions sont réellement possibles et comment sont-elles construites exactement?

COMPOSITION D'UNE TOITURE VERTE

Samenstelling groendakSYSTEMES A UNE COUCHE

Une toiture verte peut être composée d'un système à une couche, la couche de terre ou substrat reposant sur l'étanchéité de la toiture. Cette couche de substrat est la même que pour un système à plusieurs couches, à part qu'elle ne présente pas de couche de drainage sous-jacente. Par conséquent, les inconvénients de ce système sont le mauvais drainage et le risque plus élevé que les avaloirs se bouchent.

SYSTEME A DEUX COUCHES

Un système à deux couches prévoit sous la couche de terre de la toiture verte une couche de drainage. Entre ces deux couches, on applique souvent une couche de filtration pour éviter les obstructions.

SYSTEME A TROIS COUCHES

Ce troisième système comprend tous les éléments du système à deux couches plus un réservoir d'eau, intégré ou non, dans la couche de drainage. Pendant les périodes sèches, les plantes sur le toit reçoivent l'eau nécessaire grâce à ce réservoir. Mais avec ce réservoir d'eau supplémentaire, les mauvaises herbes meurent moins vite, si bien que le toit nécessite un entretien plus intensif.

structureSTRUCTURE D'UNE TOITURE VERTE

Un toit normal est chaud en été et sec en hiver lorsqu'il gèle. Les toitures sont donc soumises à des températures extrêmes; les écarts entre les grosses chaleurs estivales et le gel en hiver peuvent être très importants, ainsi que les différences de température au sol entre le jour et la nuit. Les précipitations sur le toit s'écoulent en grande partie si bien que nos toits forment en général un environnement sec, à moins que l'eau ne stagne sur une toiture plate. De plus, on n'y trouve presque aucun nutriment. Si l'on s'en tient à ces informations, il est peut probable que des plantes parviennent à se fixer et à survivre sur une toiture traditionnelle. Une toiture végétale est donc bien plus qu'un simple toit où l'on fait pousser des plantes. Il s'agit plutôt d'un échantillon de technique (végétale) moderne. Sur les toitures vertes à croissance spontanée, on ne verra apparaître des plantes à fleur que lorsqu'une première couche de mousse aura été installée, pour fournir un substrat suffisant aux plantes grasses. Sur une toiture végétale typique, on retrouve les différentes couches suivantes:
couche de végétation: elle peut se composer de sedums (plantes/herbes grasses), de mousses, d'herbacées (par ex. de l'ail), des graminées, des buissons, des arbres ou d'une combinaison de tout cela. Sur une toiture terminée et bien développée, c'est la seule couche visible;
couche d'érosion: cette couche, par exemple un tapis à fines mailles, protège la couche de substrat de l'érosion tant que la végétation n'est pas suffisamment développée. Cette couche est nécessaire ou non en fonction de la façon dont la végétation est plantée et de l'inclinaison du toit. Si les plantations sont aménagées à partir d'un tapis pleinement développé, la couche de substrat sera suffisamment protégée de l'érosion. Les autres méthodes de plantations nécessitent l'installation d'une protection contre l'érosion sur les toitures inclinées, mais cette pratique est rarement appliquée;
couche de substrat: cette couche joue plusieurs rôles. Elle assure l'apport en nutriments et en eau aux plantations ainsi que l'oxygène, et permet aux racines de se fixer. Pour la végétation, il s'agit de la couche la plus importante. Un choix réfléchi du type de substrat qui réponde aux normes FLL et aux directives RAL, permet de calculer parfaitement la capacité d'absorption de l'eau.

epaisseurEPAISSEUR DU SUBSTRAT

L'épaisseur de substrat varie en fonction du type de toiture végétale et augmente selon qu'elle soit extensive ou intensive.
• structure portante: comme pour tous types de toit, il faut une structure portante;
retenue d'eau (étanchéité du toit): elle permet d'assurer l'étanchéité du toit. La couche de retenue d'eau et la membrane antiracines peuvent être constituées en une seule couche, une solution très souvent utilisée;
membrane antiracines: elle empêche la pénétration des racines qui pourraient endommager les couches inférieures. On recommande de prévoir une membrane certifiée FLL;
couche de protection: elle protège les couches inférieures des éléments les plus agressifs des couches supérieures;
couche de drainage: elle permet d'évacuer le surplus d'eau et n'est nécessaire que sur les toitures plates;
membrane de filtration: cette couche empêche les particules du substrat de s'écouler par le système de drainage et de le boucher éventuellement.

rood groendak

Le drainage permet de retenir l'eau. Il existe plusieurs solutions pour retenir (tapis de drainage, panneaux de drainage de retenue d'eau, drainage des terres...) à choisir en fonction du type de végétation. Si l'ensemble est trop humide, les mauvaises herbes se développeront plus facilement. Les toitures végétales sans retenues d'eau sont rapidement roussies en cas de sécheresse. Cette couleur peut perdurer toute l'année. En effet, les plantes grasses soumis à un trop grand stress hydrique ne meurent pas mais prennent une teinte rouge et brune. En optant pour un substrat un peu plus épais (1 à 2 cm de plus que les 6 cm standards), et en utilisant un système de drainage qui retient également l'eau, la toiture végétale restera bien verte et offrira une belle floraison. Les toitures végétales qui restent brunes/rouges pendant la période de floraison manquent d'engrais et/ou d'eau. La retenue d'eau permet aussi une meilleure gestion du niveau d'eau, un élément de plus en plus important dans les nouvelles constructions. Une toiture végétale est donc un élément intégré. Toutes les toitures végétales ne comprennent pas le même nombre de couches. Les toitures inclinées ne nécessitent en général pas de couche de drainage si le substrat est de qualité suffisante, car l'eau s'évacuera d'elle-même à travers le substrat en suivant la pente du toit.


Sur la base de l'épaisseur du substrat, on distingue les principales variétés utilisées:
• substrat de 4 à 8 cm: sedums;
• substrat de 8 à 15 cm: sedums, mousses et herbacées;
• substrat de 15 à 20 cm: graminées ornementales, herbacées et sedums.
Il existe aussi de mélanges de sedums et d'herbacées pour les toits ombragés. On recommande un substrat de 12 cm et un tapis d'herbe pour les zones ombragées

aanbrengen groendakPLANTATIONS

On laisse rarement pousser les plantes de façon spontanée sur le toit car cela prendrait trop de temps, et le risque d'érosion est trop présent. Les toitures vertes à croissance spontanée sont appelées Brown Roofs. La nature a alors le champ libre. Les plantations sont surtout utilisées pour les toitures vertes intensives. Pour les toitures extensives, on peut travailler avec des boutures (le moins cher), avec des sedums à replanter ou avec des tapis de sedums (le plus cher). En Belgique, on utilise souvent pour les plus grandes superficies la plantation de boutures, car le prix est plus intéressant. Les tapis de végétation sont rares chez nous, bien qu'ils offrent de nombreux avantages:
• une forte densité de plantations avec peu de mauvaises herbes;
• moins d'entretien à long terme;
• ils constituent une excellente protection contre l'érosion;
• moins sensibles aux périodes de sécheresse après pose;
• solution idéale pour les toitures inclinées. En effet, le semis est impossible puisque les graines sont emportées par les fortes pluies, même lorsqu'on utilise de la colle organique. Jusqu'à une inclinaison d'environ 20°, vous pouvez aussi travailler avec des boutures de sedum ou opter pour l'hydroseeding.