naar top
Menu
Logo Print

A QUOI FAUT-IL FAIRE ATTENTION LORS DE L'INSTALLATION D'UN TOIT VERT?

Lors de la conception d'un toit vert, il y a plusieurs points d'attention qui doivent être pris en compte. Nous allons nous attarder un instant sur quelques directives et indiquer ce dont il faut tenir compte.

brand groendaken

POINTS D'ATTENTION

Pour créer une toiture végétale, il y a plusieurs points d'attention qui doivent être pris en compte. Les aspects suivants jouent un rôle crucial:
• Orientation: une toiture verte se porte le mieux avec une orientation au sud. Une orientation au nord ou une toiture ombragée peut également être dotée d'un système vert, à condition de choisir des plantes adaptées. Une toiture végétale doit idéalement profiter d'un ensoleillement naturel (au moins trois heures), pour empêcher le développement incontrôlé de mousses et de mauvaises herbes. Le choix des végétaux est une priorité. Il doit respecter les préférences du client, mais également tenir compte de l'environnement. Dès que le choix est arrêté, on s'intéresse alors au système et au type de substrat; 
• Stabilité: le poids de la toiture-jardin a aussi un sérieux impact sur la stabilité du bâtiment. Les données nécessaires doivent donc être calculées par l'ingénieur ou l'architecte. Dans le cadre d'un projet de nouvelle construction, tenez compte d'un poids supplémentaire variant de 45 à 250 kg/m², selon le type de toiture verte;
Charge du vent: pour les bâtiments plus hauts (à partir d'env. trois étages), une étude de la charge du vent est recommandée.
• Drainage: une autre étude importante est la capacité de drainage, surtout pour les grands toits. Souvent, l'eau ne peut pas s'évacuer assez rapidement p.ex. en cas d'averse de 300 litres par hectare par seconde. L'eau accumulée entraîne alors une surcharge de la structure et a une influence négative sur les plantations;
Etanchement de toit: idéalement antiracines selon les normes FLL ou avec labels ATG.

groendak vuur
Si des murs de compartimentage dépassent par le toit, le sentier ou la bande ininflammable peut être remplacé par une paroi de séparation verticale d'au moins 40 cm de haut résistant au feu (E30) ou conforme à la classe BROOF(t1)

SECURITE INCENDIE

Même si l'on affirme généralement qu'une toiture verte peut ralentir les flammes, il est difficile de déterminer les caractéristiques de la toiture verte en matière d'incendie. En effet, la végétation peut varier énormément d'un projet à l'autre. Toutefois, il est possible de limiter le risque d'incendie via un compartimentage, par exemple. Dans ce cas-là, les zones vertes sur le toit sont séparées par des zones stériles sous la forme de pierres, de gravier, de sable ou autres matériaux ininflammables.

aanleg groendak

Deux recommandations

Il y a en gros deux recommandations:
• La première stipule que la couche de substrat doit faire au moins 3 cm d'épaisseur pour éviter la propagation par la toiture. Si l'épaisseur du substrat n'excède pas 10 cm, il peut y avoir maximum 20% de matière organique dans le substrat. Les substrats ne remplissant pas ces conditions ne peuvent être utilisés que s'ils tombent sous la classe BROOF(t1).
• La deuxième recommandation décrit comment la propagation du feu sur la toiture verte doit être évitée. La règle de base: il doit y avoir tous les 40 m une bande ininflammable d'au moins 80 cm (selon la hauteur de la végétation) de largeur dans la surface du toit. Ce compartimentage peut consister en une couche de gravier d'au moins 3 cm d'épaisseur, en dalles de béton, … Sur les bords du bâtiment, autour de fenêtres de toit ou d'autres éléments verticaux, cette bande ininflammable doit faire au moins 50 cm de largeur. Si des murs de compartimentage dépassent par le toit, le sentier peut être remplacé par une paroi de séparation verticale d'au moins 40 cm de haut résistant au feu (E30) ou conforme à la classe BROOF(t1). Cette recommandation pose également des limites à la hauteur de la végétation. Cette hauteur doit ainsi rester limitée à d - 0,4[m], où ‘d’ correspond à la distance horizontale entre le point considéré dans la végétation environnante et l'axe du sentier ininflammable. Ou autrement dit: un arbre sur la toiture verte ne peut pas tomber sur ou au-dessus du sentier ininflammable. Dans le cas de baies de façade, la hauteur de la végétation ne peut pas dépasser d - 0,4 + h, où ‘d’ équivaut à la distance entre la plantation et la baie de façade, et ‘h’ à la hauteur du panneau de remplissage sous la baie de façade. Ce principe vaut aussi pour les coupoles et les évacuations de fumée.
Dans la pratique, conformément à ces recommandations, au moins deux compartiments doivent être prévus sur une toiture verte extensive de plus de 40 m de long. Ils doivent être séparés par un sentier ininflammable de 1 m. Le long des baies de façade, le sentier ininflammable doit faire 50 cm de largeur. Un panneau de remplissage de 50 cm de haut dans la baie de façade constitue une alternative. Dans ce dernier cas, de la végétation de moins de 10 cm de hauteur peut venir jusque contre la façade.

ETANCHÉITÉ INACCESSIBLE

L'étanchéité sous la toiture verte est moins accessible que celle d'une toiture traditionnelle. De ce fait, il sera plus long, plus difficile et plus cher de détecter et réparer d'éventuelles fuites. Un test d'étanchéité à l'eau, en mettant le toit sous eau pendant 48 heures, par exemple, avant l'installation de la toiture verte est donc très utile. Un compartimentage du toit peut également aider en ce qui concerne le problème de l'accessibilité réduite. Dans ce cas, il est plus facile d'attribuer une fuite à une zone précise. Pour les réparations, il faut alors juste dégager cette zone spécifique.

rookproef groendak
Via des pattes d'évacuation intégrées dans l'étanchement de toiture, des fuites peuvent être détectées avec un test de fumée, même après la pose

Détection de fuite via un test de fumée

Un test d'étanchéité à l'eau à base d'un test de fumée peut s'avérer utile pour la détection de fautes d'exécution dans l'étanchement du toit, sur la surface comme sur les rebords. Des pattes d'évacuation intégrées dans l'étanchement détectent les fuites après la pose. Lors de la pose d'un système de toiture verte, la couverture de toiture est dans la plupart des cas lâche. La fumée soufflée sous pression via les pattes sous l'étanchement peut ainsi se frayer un chemin sur toute la surface du toit. A la moindre fuite, la fumée s'échappe et on voit directement où se situe le problème. Lors du test d'étanchéité à l'eau classique, il faut attendre quelques jours avant qu'une fuite d'eau se manifeste sur le dessous de la toiture. L'endroit où l'eau apparaît, n'est, de plus, pas forcément l'endroit où se situe la fuite. Le test de fumée permet donc de travailler plus vite et avec bien plus de précision.

OBLIGATION D'ENTRETIEN

Chaque type de toiture verte nécessite au moins un entretien par an. Pour des raisons architectoniques, il est par exemple nécessaire d'éliminer les résidus de plantes des avaloirs, mais aussi d'éliminer les végétations indésirables du toit. Le vent et les bêtes peuvent par exemple amener des graines d'arbre et de buisson sur une toiture extensive. Si l'eau de pluie stagne sur le toit, cela entraîne une formation de mousse et une acidification du substrat. Cela est néfaste non seulement pour les plantes, mais aussi pour les matériaux d'étanchement de toit. A partir de la troisième année, une toiture verte extensive exige également un apport d'engrais. Il est, en outre, conseillé de tondre la végétation à l'automne et notamment de ramasser les feuilles tombées.
La règle générale est la suivante: plus la toiture verte est intensive, plus l'entretien doit être fréquent!