naar top
Menu
Logo Print
08/05/2019 - SAMMY SOETAERT

POST-ISOLATION DES MURS EXTERIEURS

Rattrapage urgent necessaire pour anciennes maisons

La combinaison d’une rénovation de façade avec une meilleure isolation de la maison a clairement le vent en poupe comme en témoigne l’émergence d’ETICS et d’autres formes d’isolation de mur extérieur. En deux parties, nous passons en revue les diverses méthodes et comparons les pour et les contre.

post-isolation mur exterieur
Appliquer l’isolation extérieure avec des composants parfaitement compatibles donne un excellent résultat

GRANDE DIFFERENCE NEUF ET ANCIEN

En Belgique, nous avons des types de maison très divers, une situation qui découle de l’histoire. Il subsiste bien des maisons plus an­ciennes qui datent de la première moitié du siècle précédent. Elles ont été construites avec un seul mur. La fonction de base des maisons était claire à l‘époque: protéger les gens des conditions climatiques.

Ecarter l’humidité

Après la guerre, d’autres besoins se sont petit à petit ajoutés, en plus de cette fonction de base. C’est ainsi que le mur creux (mur intérieur - air - façade) est peu à peu apparu à partir des années 50. A l’époque, l’isolation n’était pas à l’ordre du jour, le but principal était surtout d’écarter l’humidité via les spates.

Diminuer la consommation

La crise pétrolière des années 70 a donné une autre fonction au mur: diminuer la consommation d’électricité, de gaz ou de mazout. Peu à peu l’espace intérieur a été rempli d’isolation, quoique très limitée en épaisseur dans la phase initiale. En raison des hausses de prix et de la sensibilité croissante de l’utilisation des sources d’énergie fossiles et plus tard de la problématique climatique, les normes ont été de plus en plus strictes, d’où de plus grandes épaisseurs d’isolation. Mais ceci vaut pour la construction neuve; les maisons anciennes ont été délaissées. Des primes sont, il est vrai, intervenues, pour le verre à haut rendement et la pose d’isolation, et avec l’introduction de la valeur EPC, l’importance de l’efficacité énergétique a aussi augmenté dans la vente de maisons. Mais des obligations minimales, comme celles en vigueur dans la construction neuve, n’étaient pas d’actualité pour les maisons existantes.

En d’autres termes, il y a aujourd’hui une énorme différence entre les maisons anciennes et la construction neuve en termes de prestations énergétiques. Mais en l’absence d’obligation des pouvoirs publics, les occupants des maisons anciennes envisagent de plus en plus souvent, heureusement, des solutions pour leur maison. Les solutions traditionnelles – isolation de toit, verre à haut rendement – ne suffisent plus, si bien que la façade est aussi envisagée comme partie constructive à traiter.

post-isolation mur exterieur
Tant la finition que l’isolation peut être exécutée en divers matériaux

LA FAÇADE, GLOUTON ENERGETIQUE

Et ce n’est que juste car les façades sont responsables de 20 à 25% des pertes d’énergie totales d’une maison. Dans les maisons de rangée – dont beaucoup datent de l’entre-deux-guerres –, cela atteint même 35% du total. Comme 75% de la surface de nos façades sont constitués de murs, il est logique que ceci représente un énorme domaine inexploité. L’accent prend peu à peu la direction de ce potentiel. Pour les murs creux, la post-isolation avec des grains, des flocons et de la mousse, est entre-temps déjà bien répandue. Petit à petit des solutions pratiques et jolies, qui ajoutent un plus à la valeur de la maison, sont aussi commercialisées pour les murs non creux.

ISOLATION DE FAÇADE AVEC PLAQUETTES DE PAREMENT

La combinaison de l’isolation avec des plaquettes de parement est populaire depuis plus longtemps. Le système combine l’esthétique visuelle de la maçonnerie traditionnelle avec de bonnes prestations thermiques. L’isolation peut être prévue en plusieurs matériaux, tel l’EPS (polystyrène expansé). Il est pourvu d’une couche d’armature sur laquelle les plaquettes seront fixées. Le système se pose sur diverses dispositions de mur: murs massifs existants, murs massifs après démolition du revêtement de façade et murs creux avec maintien d’une paroi extérieure massive existante. En comparaison de la maçonnerie traditionnelle, une fondation n’est pas nécessaire.

Le degré de difficulté n’est pas un obstacle insurmontable pour un entrepreneur, quoique les recommandations du fabricant doivent toujours être suivies. Une enveloppe d’isolation continue est bien entendu une condition absolue pour pouvoir parler d’un résultat qualitatif. On doit donc accorder une grande attention à l’ajustement correct du système au reste du bâtiment. Utilisez aussi le bon matériel de fixation, afin d’éviter les ponts thermiques.

Plan par etapes pour appliquer des plaquettes de parement

post-isolation mur exterieur
(1) Placer le profil de départ; (2) Placer les panneaux d'isolation; (3) Fixation mécanique des panneaux; (4) Lisser les joints de plaque et les chevilles; (5) Placer les plaquettes

AUTRES MATERIAUX

Aujourd’hui, hormis les plaquettes de parement et les panneaux de bois, divers matériaux peuvent servir de revêtement sur l’isolation:

  • le fibrociment;
  • les plaques à âme pleine (en fibre de cellulose et résine artificielle);
  • les plaques métalliques (aluminium ou acier);
  • les sidings (en fibre de bois, plastique ou composite - avec système rainure/languette).

Le principe de fonctionnement est simple: les plaques de façade sont fixées sur une sous-structure de bois ou de métal. La sous-structure a une épaisseur minimale de 30 mm et sert du reste de lame d’air, pour la ventilation de la façade. Si nous examinons la construction couche par couche, cela se présente ainsi:

  • mur extérieur;
  • matériau isolant (PUR / EPS / XPS);
  • pare-vapeur;
  • sous-structure (lattis ou quadrillage en aluminium);
  • revêtement de façade (plaques, sidings, cassettes etc.).
post-isolation mur exterieur
Appliquer le tissus d’armature

REVETEMENT DE FAÇADE EN BOIS SUR MURS EXTERIEURS

De nombreux clients finaux jurent par l’aspect na­turel du bois. On peut utiliser toutes sortes d’es­sences de bois comme plaque de façade combinée avec l’isolation; attention à la clas­se de durabilité du bois! La méthode de travail est simple mais différente de celle pour les plaquettes de parement ou ETICS. Les pla­ques d’isolation sont fixées au mur extérieur, sur le­quel sont posées des lattes de bois qui ser­vent de fixation pour les plaques de bois. La lame d’air entre l’isolation de façade et le re­vê­tement de façade en bois évitera les pro­blèmes d’humidité. On peut travailler avec une isolation tendre comme la laine de roche.

NOUVEAU MUR EXTERIEUR EN BRIQUES

Dans des rénovations approfondies, il est de temps en temps payant d’engager d’emblée les grands moyens: maçonner une toute nouvelle façade extérieure. Comme la largeur de l’isolation doit également être prise en compte, il est parfois nécessaire de creuser une fondation supplémentaire. Il s’agit donc d’une méthode radicale mais l’avantage est de pouvoir corriger plus facilement les erreurs du passé.

ETICS

ETICS, ou External Thermal Insulation Composite System, est un système d’isolation de façade extérieure avec une finition de plâtre décorative. Le principe nous vient de l’étranger, où il est utilisé depuis plus longtemps comme couche d’isolation sur murs simples. La pose est en principe une technique relativement simple: les plaque d’isolation sont fixées par encollage, soit ancrées avec des chevilles ou des profils. Sur ces plaques d’isolation est appliqué un mortier d’apprêt, pourvu d’un tissu d’armature. L’ensemble reçoit une finition décorative avec un enduit décoratif. Cela paraît simple mais pourtant les erreurs se produisent. Les divers composants ne sont pas compatibles ou la qualité se dégrade trop vite sous l’influence de nos conditions climatiques. Un mauvais placement peut donc également causer une multitude de problèmes, comme par exemple l’infiltration d’eau et la condensation. Ces dernières années, le CSTC s’est régulièrement penché sur cette problématique.