naar top
Menu
Logo Print
22/11/2018 - ELISE NOYEZ

CINQ PRINCIPES VITAUX POUR LES EPI POUR LE DESAMIANTAGE

SEULE UNE UTILISATION CORRECTE PEUT GARANTIR LA SÉCURITÉ

La seule utilisation d’EPI n’est pas suffisante. Un important point d’attention, mais auquel on contrevient très souvent, est l’utilisation correcte de ces équipements. Les principes suivants doivent dès lors être gardés à l’esprit et respectés à tout moment.

1. SUR MESURE ET INDIVIDUEL

Les EPI sont, comme le nom l’indique clairement, strictement individuels. Cela signifie qu’ils ne s’échangent pas, mais tout autant qu’ils doivent être sur mesure pour l’utilisateur. Cela paraît évident – les bottes, gants et combinaisons doivent bien entendu avoir la bonne taille de confection – mais les implications vont nettement plus loin que ce que l’on comprend généralement.

Un point d’attention crucial, et le plus souvent sérieusement sous-estimé, est l’ajustement de la protection respiratoire. Pour remplir leur fonction de façon correcte et intégrale, les masques doivent parfaitement correspondre au visage de l’utilisateur. Dans la pratique, il semble toutefois que ce n‘est pas le cas pour plus de 50% des ouvriers. Des tests d’instances et associations professionnelles britanniques montrent notamment que quelque 21% utilisent une mauvaise taille et que 36% serrent trop fort les sangles. Idéalement, on effectue toujours un test d’ajustement individuel pour chaque travailleur lors de l’achat de la protection respiratoire. Aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne, c’est déjà une obligation pour les travaux liés à l’amiante; en Belgique, il ne s’agit provisoirement que d’un conseil.

Du reste, ne sous-estimez pas l’effet de changements apparemment futiles dans le visage! Même une petite prise de poids, des cicatrices ou une barbe peuvent influencer l’ajustement d’un masque. C’est pourquoi les travailleurs masculins doivent toujours être rasés de près sur le chantier et qu’en cas de changements plus permanents, le passage à un masque mieux ajusté est nécessaire.

asbest, adembescherming, pbm
La protection respiratoire doit s'adapter parfaitement au visage de l'utilisateur et ne doit être enlevée qu'en dernier recours

2. LA BONNE SEQUENCE

Le danger du désamiantage ne réside pas seulement dans les travaux proprement dits. Les fibres d’amiante peuvent adhérer sur tous les matériaux avec lesquels elles entrent en contact, donc également les EPI, et continuent ainsi de représenter un risque jusqu’à ce que tous ces matériaux soient nettoyés ou évacués.

A la fin des travaux ou de la journée de travail, il est dès lors essentiel que les travailleurs enlèvent et/ou nettoient leurs EPI de la bonne manière et dans la bonne séquence. L’habitude d’ôter aussitôt la protection respiratoire est en tout cas mortelle! En effet, le travailleur respire toutes les fibres qui se sont déposées sur ses vêtements de travail.

Il incombe à l’employeur, éventuellement assisté par un conseiller à la prévention, d’établir un plan par étapes et d’informer son personnel à ce propos, ainsi que de contrôler l’application correcte du plan. La fiche toolbox 2048 de Constructiv reprend un tel plan par étapes. Dans les grandes lignes, il s’agit de respecter la séquence ci-dessous:

  1. Avez-vous un aspirateur d’amiante avec filtre absolu? Aspirez au mieux avant tout tous les EPI utilisés, y compris, si d’application, le masque entièrement facial ou semi-facial, le casque, les chaussures (dessus et semelle), les vêtements, la protection auditive, …
  2. Utilisez-vous un masque avec unité soufflante? Désaccouplez le masque de l’unité moteur et continuez d’utiliser le masque avec filtre. Gardez toujours la protection respiratoire jusqu’au dernier moment;
  3. Nettoyez les EPI réutilisables (casque, masque entièrement facial ou semi-facial, protection contre la chute, chaussures, …) avec des lingettes jetables humides. Accordez une attention suffisante aux endroits où la poussière peut s’accumuler, comme les semelles de chaussure;
  4. Détachez les bandes adhésives;
  5. Retirez la combinaison et les gants. Retournez tout et veillez à ne pas toucher l’extérieur des vêtements jetables avec les mains nues, pas même du second gant;
  6. Jetez tous les articles jetables et lingettes utilisées dans le sac à amiante prévu;
  7. Enlevez en dernier lieu la protection respiratoire. Si vous utilisez un masque FFP3, déposez-le dans le sac à amiante. Faites-le avec prudence, pour que les fibres d’amiante ne flottent plus dans l’air;
  8. Prenez une douche.

Les EPI réutilisables doivent être nettoyés à fond avant réutilisation. Ceci est la responsabilité de l’employeur.

asbest, pbm
L’amiante n’est jamais un risque isolé. Outre le danger de contamination par l’amiante, chaque chantier comporte des risques mécaniques et éventuellement aussi chimiques

3. TOUT A SA PLACE

L’enlèvement des EPI doit se faire dans la bonne séquence, mais aussi dans un lieu spécialement prévu. Les désamianteurs agréés ont pour cela une cabine spéciale avec épuration de l’eau et traitement immédiat des déchets; pour l’entrepreneur régulier, un local fermé et séparé suffit. Au moins aussi important est le déroulement correct des flux entrants et sortants, tant pour ce qui est des individus que des matériaux. Les fibres d’amiante qui s’accrochent aux vêtements et autres, sont, en effet, propagées à chaque étape. Les travailleurs qui viennent du chantier, doivent dès lors toujours utiliser la même ‘route amiante’ et ne peuvent en aucun cas l’emprunter à nouveau après l’enlèvement des EPI. Les déchets d’amiante – y compris tous les EPI utilisés à usage unique et les lingettes nettoyantes d’autres EPI – doivent être rassemblés et confinés, puis acheminés vers un point de collecte séparé. Les EPI à usage répétitif doivent être maintenus séparés après nettoyage de ceux qui ne sont pas destinés à l’utilisation pour des travaux liés à l’amiante.

4. PAS SEULEMENT L’AMIANTE

L’amiante n’est jamais un risque isolé. Outre le danger de contamination par l’amiante, chaque chantier comporte des risques mécaniques et éventuellement aussi chimiques. Songez aux coupures et écorchures, à la chute de débris, à une chute d’une hauteur, … Les EPI utilisés contre l’amiante doivent dès lors aussi protéger contre ces risques, ou des équipements de protection complémentaires doivent être mis en œuvre. Les gants, par exemple, doivent satisfaire aux travaux postulés en termes de résistance mécanique et de résistance chimique, tandis qu’un casque et des chaussures de sécurité sont obligatoires dans tous les cas. Soyez évidemment attentif dans l’utilisation et le nettoyage des EPI non liés à l’amiante! Veillez à ce que les casques et les chaussures soient nettoyés et conservés de la bonne manière après chaque utilisation, et essayez d’éviter autant que possible l’utilisation de matériaux difficiles à nettoyer. Respectez bien entendu aussi les prescriptions légales et tentez d’éviter en premier lieu les risques possibles avec des équipements de protection collectifs.

asbest, pbm, couveuzezak
Un sac de couveuse protège l'ouvrier lorsqu'il enlève l'isolant des tuyaux, à condition qu'il soit utilisé correctement

5. LES INSTRUCTIONS D’UTILISATION SONT SACREES

Tous les équipements de protection individuelle sont accompagnés d’instructions pour un usage correct, allant de la bonne façon de porter un masque ou d’enlever des gants à la longévité et l’efficacité maximales des filtres à poussière et à gaz. Il est évident que ces instructions d’utilisation doivent être suivies et respectées. Accordez une attention particulière à la longévité des filtres. Notez exactement quand ils sont activés et veillez à les remplacer à temps. Un masque antipoussière obstrué n’offre évidemment plus la protection requise.

Il n’est pas non plus autorisé d’apporter soi-même des modifications à un EPI. En cas de dommages, les EPI doivent en principe être aussitôt remplacés. La réparation n’est possible que dans des conditions strictes et par une personne habilitée. Consultez à ce sujet les instructions du fabricant.

A nouveau, l’employeur doit informer son personnel à ce propos et contrôler l’application correcte.