naar top
Menu
Logo Print
29/11/2017 - DELPHINE VANDENABEELE

PASSEPORT BATIMENT, BIM ET PREVISIONS ECONOMIQUES

Les producteurs belges de matériaux de construction jettent un regard sur l'avenir

Comme chaque année, le Groupement des Producteurs Belges de Matériaux de Construction (PMC) s'est réuni fin septembre avec ses membres et ses partenaires. Via des exposés du ministre Bart Tommelein, de Marc Dillen (VCB) et de Johan Van Der Biest (BMP), les personnes présentes ont eu droit à un aperçu de l'avenir pour les producteurs de matériaux de construction. Dans ce cadre, on a expliqué en détail l'utilité du Pacte de Rénovation, le passeport bâtiment, l'utilisation du logiciel BIM et le PIB.

PACTE DE RENOVATION 2050

Le patrimoine résidentiel flamand est désuet. D'ici 2050, 2,3 millions d'habitations et 700.000 appartements doivent être rénovés en partie ou totalement, car les bâtiments jouent un rôle important dans la politique générale d'économie d'énergie. Une isolation et une ventilation efficaces augmentent le confort et permettent d'économiser l'énergie. Combinées à des sources d'énergie renouvelables, les maisons économes en énergie contribuent à réduire les émissions de CO2 et à améliorer le climat. Afin de réaliser ces 3 millions de rénovation d'une manière qualitative mesurable, on s'est intéressé au niveau E plus faible, au bonus de rénovation total et à la fiscalité du logement. La réforme PEB est prévue cette année. Afin de donner aux propriétaires et aux acheteurs ou loueurs des informations sur l'état énergétique d'une maison, on lancera bientôt le passeport bâtiment.

LE PASSEPORT BATIMENT

Le passeport bâtiment a été conçu afin d'améliorer les performances énergétiques flamandes et le taux de rénovation des habitations. Sur une plate-forme centrale, chaque propriétaire retrouvera des informations officielles ainsi que les données qu'il a lui-même ajoutées concernant sa (ses) propriété(s). Par la suite, le propriétaire pourra partager ces infos avec des candidats acheteurs ou loueurs afin de les sensibiliser à l'économie d'énergie ou à l'état actuel d'une propriété.

La première version du passeport bâtiment (en 2018) comprendra les performances énergétiques et la qualité de sol. On attribuera également des scores pour chaque élément ainsi que des indications de prix pour augmenter ces scores. A terme, le but est d'élargir le système avec des relevés de compteur, des attestations de contrôle, la qualité de l'eau, … On intégrera aussi un conseil rénovation, qui indique les rénovations à effectuer pour avoir une habitation économe en énergie d'ici 2050.

DEBAT

Plusieurs parties prenantes du système ont participé à un débat. Globalement, le passeport bâtiment semble être une bonne chose, surtout parce qu'il réunit des informations de différences sources (mais il faut aussi intégrer des données issues du cadastre, des plans de construction, des risques d'inondation, …). Toutefois, le passeport bâtiment soulève des questions concernant l'exactitude de ces informations et les évaluations de prix. La plupart des participants au débat préfèrent faire appel à un professionnel pour une évaluation de prix. Les coûts de rénovation sont sous-évalués, si bien que les acheteurs dépensent tout leur budget pour l'achat d'une habitation et ne peuvent plus prévoir de rénovations. Il faut que ça change. En obligeant les futurs acheteurs à faire les rénovations requises dans les cinq ans qui suivent l'achat, 90% des habitations seront rénovées d'ici 2050.

BIM

Dieter Froyen (Kumpen) a souligné que l'avenir est au BIM, tant pour les entrepreneurs que pour les architectes et les fournisseurs du bâtiment. Le programme calcule, entre autres, la quantité exacte de matériaux nécessaires sur place via un scanner de nuage de points. Depuis leur bureau, les fournisseurs peuvent voir au millimètre près la longueur de chaque distance et pratiquer ainsi pour les matériaux le principe 'just in time, just enough'. Chaque collaborateur BIM peut aussi montrer ce qui est intéressant pour son business, car toutes les infos sont gérées de manière centralisée. On peut aussi communiquer et préparer le travail plus facilement, ce qui réduit les risques et les frais de défaillance. Selon Wim De Backer (VITO), le BIM n'a pas de limites. A l'avenir, le programme sera aussi utilisé pour les travaux de démolition et permettra d'intégrer des passeports de matériaux. De cette façon, chacun saura exactement quels produits auront été utilisés et comment ils devront être recyclés.

L'AVENIR DU BATIMENT

Tomas De Keyser et Christopher Warisse (Banque Nationale) ont conclu avec une prévision économique pour le secteur. Même si le PIB va augmenter dans les prochaines années, à l'instar de la confiance des consommateurs, la confiance des entrepreneurs et les investissements d'entreprise vont diminuer, car ils ont déjà affiché un pic en 2016. Pour 2017, on prévoit un pic de l'inflation et une hausse du prix des maisons.