naar top
Menu
Logo Print
20/03/2018 - SARIE ROOMS

SAFETY FIRST: LA SECURITE AU TRAVAIL AVEC LA CONFEDERATION CONSTRUCTION

BATIBOUW OUVRE SES PORTES COMME CHAQUE ANNEE AVEC LE FORUMCONSTRUCTION SOUS LE SLOGAN ‘LA SECURITE EST DANS NOS GENES’

A l’occasion du ForumConstruction organisé chaque année, la Confédé­ration Construction s’est consacrée à la sécurité. Pour les intervenants, la sécurité est une donnée importante pour les entreprises et leurs travail­leurs. Un engagement responsable en matière de prévention doit être l’un des piliers. Ce n’est pas toujours le cas, aussi chez les partenaires de la con­struction, comme les commanditaires et les concepteurs, qui doivent s’enga­ger. C’est la seule façon, d’après Paul Depreter, président de la Confédé­ration Construction, d’atteindre le top 5 européen en matière de sécurité.

Confederatie bouw op BouwForum

CHIFFRES

Malgré un nombre en baisse des cas d’accidents du travail depuis 2008, le ratio n’est toujours pas idéal et nous restons à la traîne, loin derrière le top européen. Chaque jour, on déplore toujours 55 accidents du travail, dont 30 conduisant à une incapacité de travail temporaire et même 8 à une incapacité de travail permanente. On enregistre un recul du nombre d’accidents mortels et les constats sont encourageants. Selon de Mûelenaere, administrateur délégué de la Confédération Con­struction, ces données doivent être nuancées dans le contexte européen: “Le taux de fré­quentation en Belgique est toujours plus élevé que la moyenne européenne. Mais la Bel­gique est dans le peloton central, voire à la traîne. Notre pays est bien loin du top 4 des pays les plus performants, c’est-à-dire l’Irlande, les Pays-Bas, la Suède et le Royaume-Uni.” Une enquête de perception de la Confédération Construction auprès de ses membres montre que les bonnes pratiques en matière de sécurité ne sont appliquées que par la moitié d’entre eux.

UN CHEMIN SEME D’EMBUCHES POUR LES PME

On constate que la récurrence des accidents de travail diminue à mesure que les entreprises prennent de l’ampleur. “Nous observons chez nos PME, surtout celles de moins de dix travailleurs, une sensibilité plus prononcée. Ce rapport établi entre le nombre d’accidents de travail et la taille des entreprises est moins tranché que dans d’autres pays européens. Cela doit encourager nos petites entreprises à choisir le bon cap”, ajoute de Mûelenaere.

VERS UNE CULTURE D’ENTREPRISE

L’intégration d’une culture d’entreprise permet aussi d’éviter de nombreux écueils. Juridiques, économiques et matériels, mais aussi physiques. La culture de prévention, selon Marc Hoppenbrouwers, expert en sécurité dans la culture d’entreprise, c’est la maturité de la sécurité et de la santé au sein de l’entreprise. “Vous devez créer votre propre culture de la sécurité à la mesure de votre entreprise. Certaines entreprises veulent pouvoir mesurer cette culture de la sécurité, mais c’est loin d’être évident, puisqu’il peut y avoir plusieurs cultures au sein d’une même entreprise.” Certains membres peuvent en avoir une vision différente, par exemple, le comptable ne percevra pas les choses de la même façon que les travailleurs en atelier.

DEGRINGOLADE OU REMONTADA?

Marc Hoppenbrouwers souligne aussi l’importance de l’effet miroir. Les travailleurs s’imitent dans un environnement sécurisé ou non sécurisé. “Ils accorderont de l’importance à la sécurité si leur chef le fait”, poursuit-il. “Si vous permettez à vos travailleurs d’évoluer dans un environnement sécurisé, ils s’imprégneront de cette culture de la sécurité. A chaque expérience négative, il y a toujours un rebond positif possible.”
Filip Coumans, Partner Safety & Risk chez ERM, rejoint lui aussi cette dernière déclaration. “Apporter simplement des idées permet de concrétiser le tout”, explique-t-il. “Vous allez davantage vous investir pour appliquer du mieux possible vos propres idées.”

Eurocommissaris Marianne ThyssenLA SECURITE EST UN INVESTISSEMENT

Pour Marianne Thyssen, commissaire européenne pour l’Emploi, les Affaires sociales, les Compétences et la Mobilité des Travailleurs, le défi est on ne peut plus clair: “Tout travail doit pouvoir, au terme de sa journée de travail, rentrer sain et sauf chez lui, même les travailleurs du secteur de la construction. Chacun a droit à un environnement de travail sécurisé.” Selon elle, il s’agit plutôt d’une question de conditions de travail et de respect mutuel. Un capital de travailleurs en bonne santé représente la clé du succès, de la productivité et de la compétitivité européenne sur la scène internationale. “C’est pour cela que les normes de santé et de sécurité sont primordiales. Chaque euro investi par les entreprises est doublement récupéré. La sécurité n’est pas une charge, la sécurité est un investissement, à forte rentabilité.”