naar top
Menu
Logo Print
22/11/2018 - ELISE NOYEZ

L'AMIANTE RESTE UN PROBLEME SOUS-ESTIME

POURQUOI PROTEGER CONTRE L'AMIANTE?

Les études montrent, l’une après l’autre, que le problème d’amiante est sous-estimé. Cela vaut aussi bien pour l’ampleur et la portée du problème que pour les conséquences possibles. Une récente étude de doctorat de la sociologue Laura Van den Borre (VUB) a révélé par exemple que la Belgique a importé pas moins de 2 milliards de tonnes de matière cancérigène entre 1948 et 1998, et que notre pays établit les trois plus hauts chiffres de mortalité au monde pour ce qui est des cancers de la plèvre et du péritoine liés à l’exposition à l’amiante. L’exemple de Sweeney - la femme écossaise qui a été exposée à l'amiante et au cancer en serrant son mari dans ses bras à plusieurs reprises - montre que celui qui est directement confronté à l’amiante, n’est pas le seul à courir un risque, mais de surcroît ceux qui entrent en contact avec la substance en seconde (ou troisième) ligne. Ls fibres d’amiante adhèrent aisément aux vêtements et autres matériaux, et peuvent se répandre sur de grandes distances.

asbest

LA CONSTRUCTION EST EXTRÊMEMENT FRAGILE

Le secteur de la construction est, selon l’enquête de Van den Borre, l’une des industries les plus fragiles, à côté de la production métallique, de l’industrie ferroviaire et de cinq autres secteurs. Toutefois, cela ne signifie pas que la prise de conscience y est plus grande: de nombreux entrepreneurs ne se rendent pas assez compte de leur contact avec l’amiante.

Une seule chose doit dès lors être clairement établie d’emblée: le risque ne se limite en aucun cas aux plaques ondulées et plaques de fibrociment archiconnues! L’amiante peut aussi se cacher dans les produits de vinyle, les matériaux d’isolation (p.ex. autour des fenêtres et conduites), les panneaux de cuisine et bien d’autres matériaux de construction.

Mieux encore, vu qu’une grande partie de ces produits contenant de l’amiante arrive peu à peu à leur fin de vie, le risque de contamination ne fera qu’augmenter dans les prochaines années. En effet, les matériaux se dégradent plus facilement, si bien que les fibres d’amiante se libèrent aussi plus vite et plus facilement.

OBLIGATIONS LEGALES

Codex sur le Bien-être au Travail

Une protection approfondie contre l’amiante est toutefois plus qu’une nécessité. C’est une obligation légale. D’après le Codex sur le Bien-être au Travail, chaque employeur est obligé d’inventorier le risque d’amiante sur le lieu de travail et, si d’application, de protéger ses salariés. Ceci vaut d’autant plus pour les entreprises qui exécutent les travaux d’entretien, d’enlèvement ou de démolition, et celui qui travaille sur site, doit prévoir un inventaire spécifique pour chaque lieu de travail. Pour les entreprises et les bâtiments publics, ceci est proposé en principe par le maître de l’ouvrage; pour les logements, l’entrepreneur devra le dresser lui-même le plus souvent. L’introduction du ‘woningpas’ flamand et de l‘inventaire d’amiante obligatoire lors de la vente d’un logement pour 2019 y apportera probablement du changement, mais pour l’heure, il reste essentiel pour l’entrepreneur d’être attentif à l’année de construction et/ou rénovation du bâtiment concerné lors de chaque mission. S’il s’agit d’un bâtiment érigé ou rénové entre 1950 et 2000, le risque d’amiante est réel et doit être examiné. S’il ressort de l’inventaire qu’il existe un risque d’exposition à l’amiante, le Codex impose une analyse des risques et la rédaction d’un programme de gestion. Lors de travaux de construction et démolition, les matériaux contenant de l’amiante doivent être enlevés avant d’entamer les autres travaux.

asbest,
En fonction de la nature de l’amiante présent, de l’état du matériau et du mode de fixation, les travaux peuvent être exécutés ou non par l’entrepreneur régulier

Qui peut exécuter les travaux?

En fonction de la nature de l’amiante présent, de l’état du matériau et du mode de fixation, les travaux peuvent être exécutés ou non par l’entrepreneur régulier.

Pour éliminer l’amiante détaché ou les matériaux en mauvais état, on doit en tout cas recourir à un enleveur d‘amiante agréé. S’il s’agit d’amiante sous une forme adhérente, qui peut être enlevé selon la méthode des manipulations simples, l’enlèvement par l’entrepreneur est possible dans de nombreux cas. Pour cela, il faut satisfaire à ce qui suit:

  • les travaux sont mentionnés à temps (min. 14 jours avant le début) auprès du SPF ETCS;
  • tous les salariés impliqués disposent d’une attestation de formation aux manipulations simples (8 heures), et du recyclage annuel obligatoire (8 heures);
  • tous les salariés impliqués sont habilités médicalement pour les travaux d’amiante;
  • un plan et une procédure de travail avec des mesures de limitation de la poussière;
  • des mesures de l’air sont effectuées en guise de contrôle de la valeur limite (< 0,01 fibres/cm3);
  • le personnel est enregistré;
  • le chantier est pourvu d’une signalisation, d’une protection et d’équipements adaptés;
  • on travaille avec un emballage, une collecte, un traitement et un déversement séparés des déchets d’amiante;
  • • tous les salariés impliqués sont dotés des EPI nécessaires.